Pur d'Antoine Chainas

Publié le 12 Mai 2014

Pur d'Antoine Chainas

Parmi les auteurs que je suis à la trace, roman après roman, il y a (aussi) Chainas. Un auteur français noir de chez noir, à l'écriture froide et détachée qui excelle à décrire les univers violents et tordus (perversités et déviances sexuelles notamment).

Son dernier roman, Pur, est beaucoup plus accessible que ceux que j'ai lus avant (Aime-moi Casanova, Anaisthêsia, Versus).

Sans vraiment signer un roman d'anticipation, Chainas a choisi de situer son action dans le futur, mais un futur très proche (pas d'indication précise de temps, on sait seulement qu'un des personnages possède un iPhone 6 et que des résidences sécurisées ont fleuri sur la côte d'azur - probable à court terme, 2 à 5 ans ??).

Patrick Martin est une sorte de Mr tout le monde (avec un nom pareil, on s'en doute un peu), mais un Mr tout le monde supérieur. Un CSP+ comme on dit (quand on veut faire rentrer les gens dans des cases). Cadre, éduqué, friqué. Avec sa femme Sophia, ils forment un couple modèle, deux beaux blonds en pleine forme et bien assortis.

Puis leur voiture percute une barrière de sécurité sur l'autoroute et Sophia meurt dans l'accident.

Le roman débute ainsi, juste après l'accident.

Patrick, hébété, est interrogé par la police, mais il ne se souvient pas bien. Juste une détonation avant de quitter la route. Son récit comporte des incohérences qui intriguent Durantal, le flic chargé de l'enquête. Il faut dire que l'affaire doit être traitée avec délicatesse vu le contexte. Depuis quelques temps, un sniper dégomme des maghrébins sur de aires d'autoroute. Si Patrick et sa femme ont été victimes d'une vengeance à l'aveugle, il ne faudra pas grand chose pour mettre le feu aux poudres, les tensions sociales sont déjà vives, le racisme et la haine bien présents (un groupuscule d’extrême droite a déjà pris possession de la vieille ville) et les élections municipales approchent...

Le nœud de l'intrigue est là: comment l'accident s'est-il produit?

Et aussi: Comment les politiques vont-ils manœuvrer pour utiliser cet accident de la route comme un détonateur puissant qui les servira?

Chainas alterne les points de vue des différents protagonistes, les personnages sont fouillés, bien construits, mais on ne parvient pas à s'attacher à eux. Ils traînent tous des casseroles qui ne les rendent pas très sympathiques, comme le flic énorme qui s'empiffre jusqu'à l'autodestruction, la fliquette ambitieuse et sans scrupules, Patrick Martin et son absence de sentiments. C'est aussi le style Chainas qui veut ça: froid, détaché, descriptions cliniques voire médicales; le corps réagit mais il n'y a pas de place pour les sentiments.

J'avais aimé ce style dans ses romans précédents, mais il était alors poussé à l’extrême, il ne ressemblait à aucun autre, il traînait avec lui tout un univers (tordu certes mais original). Chainas est un auteur au style très particulier, qu'on adore ou qu'on vomit (qu'on adore vomir?) mais cette fois il va moins loin, il est plus tiède, plus correct (ce qui est un peu paradoxal puisqu'il s'agit d'un roman qui nous parle d'extrême - extrême droite notamment). En mettant de l'eau dans son vin, Chainas a perdu un peu de sa spécificité, ce qui m'a un peu déçue, je n'ai pas trouvé ce que j'étais venu chercher.

CEPENDANT

Pur est un roman intelligent et bien ficelé, qui égratigne un peu tout le monde - les médias, les politiques - et met le doigt sur les dérives de notre société, une société de communication paradoxalement propice à l'enferment, au repli sur soi et la peur de l'autre.

Un bon moment de lecture dont il serait dommage de se priver.

Ceux qui redoutaient d'aborder Chainas (à raison) peuvent avec Pur se lancer sans crainte . Réjouissons-nous s'il trouve de nouveaux lecteurs...

Rédigé par gridou

Publié dans #noir et polar

Commenter cet article

Sandrine 04/06/2014 21:55

Bonjour,
Voilà un auteur que je n'ai pas encore lu. Comme Caryl Ferey, c'est un auteur devant lequel je recule car je crois qu'il y a dans leurs romans plus de violence que je peux en supporter...

Violette 29/05/2014 15:29

et encore un auteur que je ne connais pas, ouais...

La Petite Souris 21/05/2014 18:10

euh, je crois que j'ai rien lu de lui encore !! nananèreu !

La Petite Souris 22/05/2014 22:45

haha ! la chipie !!!!!! :)

gridou 22/05/2014 22:31

T'es trop sensible pour Chainas, n'essaie même pas, ça va te choquer.

Guillome 13/05/2014 16:51

moi qui n'ai encore jamais lu un roman de cet écrivain et qui voulait m'y mettre, merci pour cette indication de pouvoir commencer par celui-ci !

gridou 13/05/2014 22:07

En tout cas ça il se lit bien. J'ai lu le 1er tiers sans m'en rendre compte (et je vais de ce pas lire la suite - bonne soirée!)

Ingannmic 13/05/2014 22:04

Il me tarde de connaître ton avis sur ce roman atypique...

gridou 13/05/2014 21:58

Oui c'est une bonne idée de commencer par celui-ci!
Et moi qui n'ai jamais lu Stephen King et qui n'aime pas trop le fantastique, tu me recommandes Joyland pour débuter (je viens de passer chez toi...)??

Ingannmic 12/05/2014 22:12

J'ai l'intention de le lire, ayant été conquise par Versus et Une histoire d'amour radioactive. Mais je suis comme toi : ce qui me plaît chez Chainas, c'est son ton. Parfois difficilement supportable, mais ce qui fait en grande partie la puissance et l'originalité de ses romans.
De toutes façons, j'attendrai sa sortie en poche..

gridou 13/05/2014 21:56

J'ai vu des articles d'amateurs de Chainas déçus par ce titre et d'autres toujours contents de le lire. Je me demande ce que tu vas en penser...
J'ai attaqué la montée aux enfers (ton article m'a convaincue de le placer en haut de la pile de lectures!)