Chroniques de Jérusalem de Guy DELISLE - BD

Publié le 21 Janvier 2012

chroniques de jerusalem             Waaahh...Génial !!


Après delisleCouverture_bd_Pyongyang_guy_Delisle_m.jpg et chroniques, voici ENFIN les Chroniques de Jérusalem, le dernier album de Guy Delisle.


Le principe est le même que dans les chroniques birmanes:

Guy part s'installer au bout du monde avec ses enfants et sa compagne, qui travaille pour MSF, pendant un an. Durant cette année, il va s'occuper de ses enfants, rencontrer d'autres expatriés et surtout découvrir, son carnet de croquis à la main, le pays dans lequel il vient de s'installer. Découverte des lieux touristiques évidemment, mais aussi de la vie quotidienne dans ce drôle de pays compartimenté.


Tout d'abord, il faut préciser que cet album est énorme (par sa taille). Un peu plus de 300 pages (quasiment 350p.) Autant dire qu'il faut autant de temps pour le lire que pour lire un roman (d'ailleurs j'ai pris mon temps). La bonne nouvelle, c'est qu'on peut le lire en plusieurs fois, sans problème, puisqu'il s'apparente à un recueil d'anecdotes, contées chronologiquement. Un an à Jérusalem, un chapitre par mois.


Le parti pris par Delisle est la neutralité. Avant tout, il raconte le quotidien d'un habitant de Jerusalem-Est (poubelles débordantes, taxis ou bus qui refusent d'aller dans cette partie de la ville...).

Il explore ensuite les environs, rencontre des gens, fait des présentations de son travail dans des universités, s'intéresse à l'histoire du pays et aux différentes communautés qui "se partagent" le territoire mais n'influence jamais le lecteur. Il est lui-même athée et découvre avec curiosité les coutumes juives et arabes. Parfois, il s'étonne, sourit, mais reste toujours très respectueux, jamais moqueur.

Il aborde parfois la mission de MSF à Gaza mais survole le sujet. Difficile de ne jamais parler des tensions, des attentats, des murs, des hommes armés, parce que tout cela fait justement parti du quotidien de ce pays. Cependant, on n'entre pas vraiment dans le vif du conflit. Il n'y a aucune scène de violence. Le propos n'est pas là.  

Des petits schémas explicatifs (des cartes colorées) émaillent l'album, pour permettre à Delisle lui-même et au lecteur de comprendre cette géographie complexe, les enclaves, les accès, les routes coupées etc...Grâce à ceux-ci, on cerne mieux les problèmes du quotidien, le temps perdu de façon absurde à faire des détours incroyables etc...

 

Attention, vous ne sortirez pas de cette lecture avec une vision claire et précise du conflit et de son histoire. Pas de recap' sur la création de l'état d'Israël, qui a chassé qui, qui est chez soi; pas de politique, pas de propagande pro...anti...et c'est justement ce qui m'a plu.

Par contre, après cette lecture, vous comprendrez mieux ce que signifie vivre en Israël aujourd'hui.


Le tour de force de cet album est de conserver tout du long un ton détaché et plein d'humour, de relater les évènements en toute neutralité, de ne pas chercher à savoir qui a tort ou raison, de juste observer et transmettre. Une approche très rare à mon avis...

 


Pour plus de détails: de nombreuses illustrations sont disponibles sur le blog de Guy Delisle.

On y trouve aussi un lien vers le blog qu'il tenait pendant son séjour.

Et comme il est très sympa, il a mis en ligne des extraits (les 60 premières pages de l'album ! ): ici.

 

L'article de Richard, très enthousiaste est ici!

 

Prix du meilleur album au festival d'Angoulême 2012.


 

 

Rédigé par gridou

Publié dans #BD- romans graphiques ...

Commenter cet article

Violette 10/02/2012 20:12


j'ai super envie de la lire et je l'avais déjà notée, figure-toi!

gridou 10/02/2012 20:23



Un fauve d'or, c'est pas rien ! son site est super, il le met régulièrement à jour.  en ce moment, il met des séries de son activité à angoulême. C'est trop marrant.



Mo' 25/01/2012 10:40


A lire pour moi ! Merci pour la piqure de rappel ^^

gridou 26/01/2012 10:23



Je suis passée chez toi lire ton avizs après avoir écrit mon article et j'ai été surprise de voir que tu ne l'avais pas lu. J'étais persuadée de l'avoir vu chez toi...


Sur ce coup-là, j'ai été une vraie groupie: album acheté le jour de sa sortie!


J'ai malheureusement raté la séance de dédicace près de chez moi (départ en vacances oblige...).



Ingannmic 25/01/2012 09:21


C'est bon pour moi, je note pour dans 1 mois...

gridou 26/01/2012 10:21



OK !



Ingannmic 24/01/2012 21:52


Coucou Gridou,


Aucun rapport avec ton billet, mais est-ce bien avec toi que j'ai évoqué l'idée d'une lecture commune du Dos Passos ?


Si je me souviens bien, on devait se le rappeler en janvier pour éventuellement convenir d'une date.


Dis-moi si c'est Ok pour toi, sachant, BIEN SUR, que je ne suis pas pressée (je crois que j'ai de quoi lire !!)


Bonne soirée !

gridou 24/01/2012 21:59



Hi hi, je me suis posée la même question ! Donc c'était toi ! Cool !


Moi non plus je ne suis pas pressée et j'ai de quoi m'occuper mais autant fixer une date dès maintenant. En ce moent, je lis le dernier Vargas Llosa, j ai lu à peu près la moitié, j aurais fini d
ici une semaine je pense et pourrai attaquer Dos passos. On se donne 1 mois pour rendre notre copie ? Qu'est ce que tu en penses?



zarline 21/01/2012 19:52


J'aime également beaucoup l'approche, surtout quand il s'agit d'Israël. C'est un sujet très émotionnel sur lequel il semble très difficile de rester neutre et si l'auteur y parvient, c'est
vraiment intéressant. Sauf erreur, ma soeur l'a reçu à Noël, j'espère pouvoir le lui "piquer" bientôt ;-)

gridou 22/01/2012 10:01



J'ai lu quelques albums sur le sujet et j'ai été gênée par la partialité des auteurs. L'impression d'être prise en otage. Là c'est différent...Ce qui ressort surtout c est l'absurdité des
situations.