Le Mur, le Kabyle et le Marin d'Antonin VARENNE

Publié le 15 Juillet 2011

lemur                            EXCELLENT !!

 

Après Fakirs, que j'avais beaucoup aimé, je poursuis ma découverte d'Antonin Varenne. 'Le mur etc...' est un livre beaucoup plus personnel, basé sur les souvenirs de guerre d'Algérie du père de l'auteur.

 

2008. George, dit le Mur, est flic municipal et boxeur en fin de course. Pas encore prêt à décrocher; les petits cachets des combats arrondissent ses fins de mois. Pas assez. L'argent facile est tentant...

1957. Pascal Verini, 20 ans, employé à l'usine se retrouve mobilisé et doit partir pour l'Algérie. 2 ans à passer dans un DOP (comprendre un lieu isolé où l'on interroge les prisonniers), embarqué dans une guerre qui n'est pas la sienne.

Les deux histoires sont menées en parallèle et vont bien sûr se rejoindre car 50 ans plus tard, le passé est toujours là et les rattrape. Il y a des choses qui ne s'oublient pas.

 

L'histoire de Vérini est particulièrement touchante. Ce type de 20 ans, fils de communiste, n'est pas politisé. Il est parachuté dans un univers dont il ignore tout. Quand il débarque en Algérie, il découvre une réalité bien différente de ce qu'il imaginait et il comprend que les français torturent. Avec deux de ses camarades, il refuse de descendre à la cave (lieu où les prisonniers sont interrogés) mais les cris, il les entend, comme tout le monde, jour et nuit.

2 ans à vivre dans la peur d'une attaque, de sauter sur une mine. 2 ans à penser au retour. Quand ce jour arrive enfin,  impossible de revenir à une vie normale, d'oublier. Plus rien ne sera jamais pareil.

Ressasser sans cesse le passé ou tout garder enfoui, en silence ? Le Kabyle et le Marin ont chacun leur manière de continuer à vivre...

 

Pas vraiment un polar (il n'y a pas d'enquête) mais pas non plus un roman historique, 'le mur etc...' ne ressemble à rien d'autre. Toute la force du récit est dans l'ambiance et les non-dits. Varenne n'a pas besoin de décrire la violence et la torture pour montrer l'horreur de la guerre. La tension et le mal-être sont palpables. Les amitiés silencieuses et indélébiles.

 

Un excellent roman noir qui creuse un peu cette part peu glorieuse de l'histoire de France, sans propagande. Juste un point de vue humain. 

 

Livre coup de coeur de black-novel  !

 

 

 

Rédigé par gridou

Publié dans #noir et polar

Commenter cet article

Bruno 15/07/2011 22:03



ca en fait des auteurs encore à découvrir! un de plus ! Fakir j'en ai énormément entendu parlé mais pas encore eu le temps de lire. Par contre si ses romans sont noirs, moi j'adore !!!



gridou 16/07/2011 11:01



ça te plaira sûrement ! parole de gridouillis (et de black novel - 2 valeurs sûres hi hi !! )



Oncle Paul 15/07/2011 16:13



Bonjour Gridou


Je le sors bientôt de ma PAL pour le mettre dans ma table de nuit. A bientôt donc pour nos échanges et point de vue de lecture.


Amitiés



gridou 15/07/2011 16:16



avec plaisir !



Richard 15/07/2011 12:33



Il faut absolument que je découvre cet auteur !


Merci pour cette excellente chronique !


Amitiés



gridou 15/07/2011 16:15



merci



Pierre FAVEROLLE 15/07/2011 12:13



Euh ! bravo pour ton article, merci pour le clin d'oeil, et ... ben je sais pas quoi dire, alors je dis rien !



gridou 15/07/2011 16:15



moi non plus



Vero 15/07/2011 11:39



Je note également pour découvrir cet auteur, pour le thème et aussi parce que je fais confiance à cet éditeur en général!


Sur la guerre d'Algérie, à découvrir aussi les forts et beaux textes de Laurent Mauvignier, Des hommes (chez Minuit), et de Jérôme Ferrari, Où j'ai laissé mon âme (Actes Sud).



gridou 15/07/2011 12:00



hé bien je note aussi !! Merci !