Le rêve du celte de Mario VARGAS LLOSA

Publié le 7 Février 2012

celte                                      J'AIME


Dans son dernier roman, Mario Vargas Llosa s'attache de nouveau à raconter la vie d'un personnage historique: Roger Casement, anglais-irlandais qui vécut au début du XXème siècle.


Très tôt, Roger est fasciné par les voyages..."dans un élan d'idéalisme et de rêve d'aventures", il quitte l'Europe et embarque pour le Congo afin d'"oeuvrer à l'émancipation des Africains".

Installé au Congo en tant que consul britannique, il constate très vite que son idéal est loin de la réalité. Durant les années qu'il passe là-bas, il voyage à travers le pays, enquête, recueille des témoignages, visite les exploitations de caoutchouc et constate l'ampleur des dégâts.


"Quand je suis venu au Congo j'ai pris la précaution de laisser ma conscience dans mon pays, avait rétorqué l'officier."

 

Les populations indigènes sont décimées, littéralement réduites à l'esclavage. Il rédige alors un rapport minutieux qu'il enverra à Londres afin que ces exactions cessent. Contre toute attente, l'impact de ce rapport est suffisamment important pour faire changer les choses...

 

"La véritable raison de la présence des Européens en Afrique n'était pas d'aider l'Africain à sortir du paganisme et de la barbarie, mais de l'exploiter avec une cupidité qui ne connaissait de bornes ni dans l'injustice ni dans la cruauté."


Plus tard, on l'envoie en Amazonie faire un autre rapport et vérifier si les rumeurs de mauvais traitements sont avérées là-bas aussi.

Rigoureusement honnête et incorruptible, Roger Casement risque sa vie pour mener à bien son enquête au fin fond de la forêt Amazonienne, dans cette zone de non-droit où l'argent est maître.

Profondément marqué par son expérience dans les colonies, Roger Casement cherche à retrouver ses racines irlandaises. De là, il n'a plus qu'un pas à franchir pour se rapprocher des mouvements nationalistes qui prônent l'indépendance...et il le franchit.

 

 

Roger Casement est un personnage peu (re)connu pour son action humanitaire qui pourtant a eu un impact retentissant à l'époque. Son action courageuse a permis d'alerter l'opinion publique sur les conditions d'exploitation honteuses des ressources africaines et amazoniennes. On peut aujourd'hui regretter qu'il n'y ait pas eu plus d'hommes comme lui...


Victime de rumeurs concernant sa sexualité (justifiées ou non? orchestrées par les anglais?), jugé pour haute trahison par le gouvernement britannique, il ne sera réhabilité que des années plus tard par le gouvernement irlandais pour son action dans la guerre d'indépendance de l'Irlande.


C'est la partie irlandaise du roman qui m'a le moins plu. Moins rythmée, plus bavarde et détaillée dans l'action politique....J'y ai été moins sensible.

Par contre, j'ai trouvé passionnantes ses aventures congolaises et amazoniennes, admiré la détermination de ce petit bonhomme (façon de parler, je ne sais pas s'il était vraiment petit), qui malgré ses problèmes de santé va tout faire pour que le pot de terre l'emporte sur le pot de fer.


Pas le meilleur roman que j'ai lu de Vargas Llosa... mais assurément une biographie passionnante qui donne à réfléchir sur le progrès et la civilisation.

J'ai d'ailleurs sélectionné une autre citation, spéciale dédicace à Claude Guéant (je me propose de lui offrir un exemplaire du rêve du celte !)


"Est-ce qu’on peut qualifier de civilisateurs ces bêtes de la Force Publique qui volaient tout ce qu’ils pouvaient lors de leurs expéditions punitives ?"

 

 


 

Rédigé par gridou

Publié dans #romans

Commenter cet article

Valérie 16/02/2012 18:39


Voici un auteur que je suis bien décidée à découvrir cette année.

gridou 17/02/2012 09:32



Il y a de quoi faire, il a une grosse bibliographie ! Il m'en reste plein à découvrir, notamment "un paradis un peu plus loin", ce sera mon prochain.



sophie57 08/02/2012 12:37


honte à moi! jamais lu cet auteur!


bien la dédicace à Guéant...as-tu lu la dernière de la poissonnière? (sur le physique d'Eva Joly)...elle mérite également une mention spéciale!

gridou 08/02/2012 12:47



Franchement c'est mal de se moquer du physique...surtout quand on est un gros thon !


quelle teigne !(elle donne une bonne image de la femme en politique, fait play, courtoise et distinguée, la grande classe!)


Pas de honte à ne pas connaitre Vargas llosa, je l'ai découvert l'année dernière. Tu as tout ton temps...Empruntes-en plusieurs à la bibli ;)



Oncle Paul 07/02/2012 20:27


Oui Gridou c'est bien ce à quoi je pensais


Bonnes lectures


A bientôt

gridou 07/02/2012 21:33



ça y est, la mention est ajoutée dans l'article !



Claude Le Nocher 07/02/2012 20:23


Aucun discours politique n'est innocent, tu le sais bien. Là où ce ministre parlerait d'un multi-culturalisme à connotation négative, nous préférons évoquer la diversité des cultures dans un
sens positif. Les civilisations pré-bouddhiques, Africaines d'avant la colonisation, Amazoniennes, Incas ou Mayas, sont-elle moindres dans l'Histoire ? Sûrement oui, selon ces
propos. Evidemment non, pour tout ce qu'elles ont créé. Quel poids pèsent ces stupidités par rapport à la civilisation chinoise, par exemple, bien plus ancienne que celle défendue par ce
ministre/sinistre ?


Mais bon moi, j'fais pas d'politique, alors j'y comprends que dalle !


Amitiés.

gridou 07/02/2012 21:33



Moi non plus...je vois juste qu'on a un bel assortiment de quiches (toutes bien gratinées) au dessus du panier...



Claude LE NOCHER 07/02/2012 18:20


Salut Gridou


Un beau personnage humaniste, visiblement, mettant la politique au service de l'Homme et pas l'inverse. Roger Casement devrait marquer positivement nos mémoires. Ce qui ne sera pas le
cas du ministre que tu cites.


Amitiés.

gridou 07/02/2012 19:57



C'est curieux ce genre de coincidence. J'étais justement à fond dans cette lecture - Casement se pose beaucoup de questions sur la civilisation, les bienfaits du développement de l'industrie
etc...- quand j'ai entendu ce cher ministre. Peut-être qu'il faut éviter d'en parler et boycotter...je ne sais pas...En tout cas ces propos m'ont profondément choquée.