Les affreux de Chloé SCHMITT

Publié le 13 Novembre 2012

lesafrreux.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         J'AIME PAS

 

Souvenez-vous...il y a quelques semaines, je vous parlais du match de la rentrée littéraire 2012.

J'ai opté pour un 1er roman. Par curiosité.

Comme cette lecture a été pénible!


Je l'ai lu en entier pour avoir une vision d'ensemble et parce qu'il faisait moins de 200 pages, mais j'ai vraiment peiné à le finir.

Un petit résumé de l'histoire:

Un matin, dans sa salle de bain, Alfonse est victime d'un AVC. Il se retrouve alors paralysé presque totalement. Après un court séjour à l'hôpital, sa compagne Clarisse le ramène à la maison. A part grogner et baver, Alfonse occupe ses journées en monologues intérieurs, à critiquer le monde qui l'entoure, en commençant par Clarisse, qu'il n'a pas eu le courage de quitter quand il était encore valide et dont il ne supporte plus la présence.

Piégé dans son corps inerte, il subit et rumine intérieurement sur toute la longueur du récit.

 

Les personnages:

Alfonse, le narrateur, est désagréable, ce n'est pas un personnage qu'on a envie d'aimer. Je ne me suis pas attachée à lui, je n'ai rien ressenti en lisant son histoire. Ni pitié, ni compassion. Même dans les scènes les plus violentes, j'ai regardé le tableau froidement tout en me disant qu'il était vraiment dégueulasse à regarder.

Aucun autre personnage ne m'a émue (pourtant le sujet s'y prête)

 

L'écriture:

Alfonse s'exprime dans un style familier, un langage parlé mais en mauvais français. Des phrases du style:

"Il était furie d'avoir perdu ses clés."

"(...) le bateau prenait complet l'eau, de partout."

"(...) il menaçait de nous cogner le poing profond."

(les 3 exemples sont tirés d'une même double page!)

Évidemment c'est volontaire...il n'empêche que ça m'a fait grincer des dents "tout du long" et que ça a contribué à rendre ma lecture pénible.

 

Quelle finalité à tout ça?

Alfonse dans son quotidien, Alfonse dans sa bave, Alfonse dans sa pisse, Alfonse maltraité et même battu...et après?

Où l'auteur veut en venir?

Il n'y a pas vraiment d'intrigue ni de dramaturgie (que des faits du quotidien), pas d'évolution des personnages (Alfonse est trimballé d'un endroit à l'autre, sa vie change mais lui reste le même), pas vraiment de reflexion sur le handicap...

La morale de l'histoire: le monde est cruel et la vie est dure (et si t'es invalide c'est encore moins d'bol !).

 

Un rendez-vous complètement raté...mais de nombreux articles élogieux dans la presse. Souhaitons donc à Chloé de trouver des lecteurs qui apprécieront sa prose.

 

Je me plie à la règle du jeu du match et dois donc donner une note et renvoyer vers le lien (commercial) du livre ( mais vous n'êtes pas obligés de cliquer )

ma note:6 /20

clic sur la vignette (ou pas)lesafrreux


Rédigé par gridou

Publié dans #romans

Commenter cet article

Violette 18/11/2012 17:56


"il était furie", oh mon dieu, rien que ça!?!? Même si je parle parfois comme une charretière, je n'ai pas envie de retrouver ce style -non, cette absence de style - dans les écrits.

gridou 19/11/2012 10:13



Ha MERCI Violette !!


Je suis d'accord pour tous les gros mots, du moment qu'ils sont dans une phrase correctement construite :)



canel 16/11/2012 18:48


Hihi, et faudrait peut-être mettre ça ailleurs !


Tes visiteurs vont se dire que ce bouquin inspire beaucoup, beaucoup de monde !!! 

gridou 19/11/2012 10:10



Mais non ! Les gridouillis c'est l'anarchie assumée ! 


Tous les comm' ont leur place (n importe où!) hi hi!



canel 16/11/2012 17:54


Si, si, on dit 'des fichiers diffusibles'...


Une autre question, je viens de rencontrer l'expression, et je me pose tjs la question : à ses côtés ou à son côté ??


Ici : "A ses côtés, son mari...". Donc il n'y a qu'une personne, donc il ne peut pas être des deux côtés à la fois (je parle de côté droit/gauche, pas devant/derrière !! )

gridou 16/11/2012 18:00



je crois que ça va s'appeler "les questions de Canel" cette rubrique :)



canel 16/11/2012 16:37


Et tu sais qu'on peut dire diffusible et diffusable, on trouve chacun, selon Robert ou Larousse.


On emploie souvent ce terme ici, chacun croit que l'autre fait une faute, mais non ! et je ne veux pas la ramener, je suis pas censée avoir le nez tout le tps ds le dico sur mon lieu de travail !
aucun rapport !

gridou 16/11/2012 16:47



diffusible???


jamais entendu ça...



canel 16/11/2012 16:35


Bon, les 2 sont bons ! Rappel des 2 leçons du vendredi 16/11 :


- remercier de/pour


- continuer à/de



gridou 16/11/2012 16:46



gagné !