Les chemins de traverse de SOULMAN et Maximilien LE ROY- BD

Publié le 8 Mai 2011

chemins-copie-1.jpg           intéressant...

 

2 Dessinateurs, 2 histoires parallèles qui ne se recoupent pas. Leur point commun: mettre en image 2 témoignages de défenseurs de la paix dans cette région déchirée depuis tant d'années.


soulman2

1er dessinateur: Soulman

1ère histoire: Osama

 

Osama est palestinien. S'il était né ailleurs, sa vie aurait tourné différemment. Il aurait pu exercer le métier pour lequel il a étudié. Il n'aurait pas été arrêté et torturé "par erreur". Il n'aurait pas perdu plusieurs membres de sa famille bien trop tôt.

Un jour, Osama rencontre un israélien qui a perdu sa fille dans un attentat. C'est leur chagrin qui les réunira au sein d'un groupe de familles de victimes, "le cercle des parents". Dès lors, Osama va convaincre à son tour son entourage d'adhérer. 

 

 

 

leroy

2ème dessinateur: Maximilien Le Roy

2ème histoire: Matan.


Matan est israélien. Il est membre de l'organisation "les anarchistes contre le mur". Très tôt, dès l'âge de 14 ans, il a commencé à se rendre en Palestine pour apporter une aide humanitaire. Cette rencontre avec ce peuple "que nous opprimons et qui vit à nos côté" l'a convaincu que la paix était la meilleure solution. A 17 ans, il refuse donc de faire son service militaire. Il ne pointera jamais une arme sur personne, palestinien ou pas. De manifestations en conférences, Matan prône le "vivre-ensemble" et la désobéissance civile.

 

Soulman et Maximilien Le Roy sont assez clairement pro-palestiniens, ce qui a priori me pose problème (non que je sois pro-israélienne; j'ai au contraire beaucoup de mal à me faire une opinion car je manque d'infos sur le sujet et je préfère les témoignages plus objectifs). Néanmoins, ils ont choisi dans cet album de présenter des défenseurs de la paix et ça, on ne peut qu'y être favorable.

C'est très intéressant de découvrir le parcours de ces "vrais" gens (parce qu'il ne s'agit pas de fiction mais de témoignages - les textes sont d'Osama et de Matan). Comment en vient-on à vivre à contre courant et aller au delà de la haine qui perdure depuis plusieurs générations?

Comment se bat-on au quotidien sans avoir recours à la violence?

et Matan, cet israélien qui combat aux côtés des palestiniens, comment en est-il arrivé là ? Quels sont ses arguments ? ses références?

Autant de réponses qu'on trouvera dans cet album très instructif, qui se conclut par un entretien avec Michel Warschawski (journaliste et militant pacifiste israélien).

Cet album met un point final au cycle consacré au conflit israélo-palestinien de Maximilien Le Roy ("Gaza un pavé dans la mer" et "faire le mur"). J'ai lu "faire le mur" et l'ai trouvé trop partisan, c'est pourquoi je n'ai pas eu envie d'en parler ici. Ceci dit, contrairement à "chemin de traverse", on y trouvait pas mal d'infos sur l'historique du conflit.

 

 

Merci à Mo' et son bar à BD pour ses conseils !

 

Rédigé par gridou

Publié dans #BD- romans graphiques ...

Commenter cet article

Mo' 09/05/2011 09:20



Moi aussi je suis ravie d'avoir la possibilité de me perdre dans tes Gridouillis


Si tu recherches des albums documentaires, il y en a qui ont été réalisés par des journalistes. Je pense notamment à "Passage afghan" de Ted Rall (réalisé au lendemain des attentats du 11
septembre) et les ouvrages de Joe Sacco dont je ne connais, pour le moment, que les reportages sur le conflit israélo-palestinien (Palestine et Gaza 1956, en marge de
l'histoire). Joe Sacco a également consacré plusieurs années à couvrir le conflit en ex-Yougoslavie (Gorazde et The Fixer).


Pour des lectures "plus légères" mais non dénuées d'intérêt, tu as aussi les Delisle (tour à tour en Corée, Chine et Birmanie) et le triptyque du Photographe (de Guibert & Lefevre
sur la situation en Afghanistan / Pakistan). J'ai fait un gros tour dans les Gridouillis la semaine dernière, je pense que tu connais certainement ces oeuvres alors, je m'excuse pour les redites.


Ce sont en tout cas les premières idées d'albums qui me viennent en tête et que je peux conseiller en connaissance de cause. La bonne nouvelle : c'est qu'il y a d'autres albums dans ce regitre
J'adooore !!



gridou 09/05/2011 19:10



He bien à part Guy Delisle que j'ai découvert récemment et que j'adore carrément, je n'en connais aucun autre donc je note !!


MERCI !



Mo' 09/05/2011 07:56



Je pense que tu comprends mieux, maintenant que tu as connaissance des Chemins de traverse, dans quel était d'esprit je pouvais être en entrant dans la lecture de Faire le mur.
Je n'avais pas d'aprioris car effectivement, je ne m'y suis pas sentie prise à partie. J'y avais appris que Faire le mur se basait aussi sur une amitié l'amitié née entre Le Roy et un
jeune Palestinien, je m'attendais donc à n'accéder qu'à un regard engagé sur le conflit. Mon accueil de Faire le mur ne pouvait qu'être différent du tien. Si j'avais respecté la
chronologie des publications, je pense que je me serais positionnée comme toi !


Pour infos : Les chemins de traverse a été récompensé à Angoulême en janvier dernier (mention spéciale du Jury Oecuménique).


Il existe un autre ouvrage qui s'inscrit dans le même courant. Il s'agit de Gaza décembre 2008 - janvier 2009 : il est différent des autres car il a été réalisé par un Collectif
d'auteurs mais, à la base, c'est un projet de Maximilien Le Roy. Cet album est pour le moment en rupture de stock. Je ne sais pas s'il sera réédité et c'est assez difficile de se le procurer
Voici le lien de la fiche album sur le site de l'éditeur



gridou 09/05/2011 08:49



Merci Mo' pour ce commentaire constructif !


Je crois que j'ai été déboussolée par les avis très positifs que j'ai pu lire sur "faire le mur" avant de le lire. Aucun ne faisait mention de la partialité de l'auteur, j'ai été surprise et je
me suis effectivement sentie "prise à partie" comme tu le dis très justement.


Maintenant que je suis prévenue, je lirai peut-être d'autres albums-temoignage qui sont quand même des documents très intéressants. Ce travail d'auteur est très proche du documentaire dans a
forme et la façon de travailler, c'est impressionnant.


Moi qui suis encore novice en BD, je suis vraiment contente de découvrir l'étendue et la diversité du 9ème art !


Et je suis ravie que tu sois venue te perdre chez moi l'autre jour