Maelström de Stephane MARCHAND

Publié le 3 Juin 2012

maelstrom          PAS MAL...

 

Autant le dire honnêtement, j'ai failli laisser tomber cette lecture en route. Au tout début de la route d'ailleurs...

 

Maelström est un thriller sanglant qui démarre sur les chapeaux de roues par une scène de saut à l'élastique (plutôt réussie) qui donne le ton du récit: action rapide, de nombreux rebondissements et une chute inattendue (saut à l'élastique...rebondissements...chute... vous voyez le lien?).

 

Un psychopathe, se faisant appeler le Maestro, choisit deux enquêteurs pour jouer à un petit jeu macabre. Le premier est agent du FBI, le second écrivain qui n'écrit plus. Ils doivent opérer en toute discrétion (sans aide extérieure, c'est la consigne du maestro) pour déjouer son plan machiavélique. Et vite. Sinon d'autres victimes y passeront.

 

C'est donc parti pour des exécutions violentes, des tortures, des indices en lettres de sang, plus autopsies détaillées et détails dégueulasses...

La première question qui taraude les enquêteurs est de savoir pourquoi ils ont été choisis, eux spécifiquement. Ont-ils un lien avec le tueur? A priori aucun.

Irving, l'écrivain, a la mémoire défaillante. Il a oublié des pans entiers de son passé...

Pour se les remémorer, rien de tel que l'hypnose !

Et oui! A ce stade, les clichés s'accumulent.

 

C'est là que je me suis demandé si j'allais lire ce livre en entier...

 

Mais j'ai continué et à partir de ce moment l'auteur a réussi à capter (enfin) mon attention et à m'embarquer dans son histoire (pourtant c'était pas gagné...)

Finalement j'ai dévoré la suite...

 

L'enquête avance entre passé et présent. Les pièces du puzzle s'emboîtent et prennent sens. On apprend à connaître les personnages et leurs failles. Le passé remonte à la surface et les moult rebondissements maintiennent le lecteur sous tension jusqu'à la dernière page.

 

Maelström est plutôt bien ficelé dans son genre. Pour apprécier, il ne faut pas s'émouvoir des ingénieuses façons de tuer du maestro, apprécier les scènes d'autopsie, ne pas être blasé des thrillers aux intrigues tordues et aimer les rebondissements sans fin. Bref accepter de se laisser embarquer dans un saut à l'élastique...


Ce sera donc un "pas mal" et non un "bof" comme note globale car réussir à me faire changer d'avis en cours de route est  plutôt rare...Et puis le résultat est plutôt pas mal pour un premier roman.

 

 

L'histoire se passe aux états-unis mais l'auteur est français, c'est donc une participation supplémentaire au challenge d'Evy !

Challenge-Douce-France-bis-copie

 

 

Rédigé par gridou

Publié dans #noir et polar

Commenter cet article

Oncle Paul 04/06/2012 10:15


Bonjour Gridou


Bizarrement, moi qui n'aime pas les romans sanglants, j'avais bien aimé celui-ci dès le début. D'ailleurs tu peux retrouver ma chronique si tu le souhaites. Mais ce n'est pas le tout, il faut que
l'auteur confirme maintenant


Amitiés

gridou 04/06/2012 10:24



Je me souviens de ta chronique...C'est en partie pour ça que j'ai continué ma lecture, et j ai bien fait.


C'est plutot prometteur pour un 1er roman; il a un talent de conteur indéniable !



La Petite Souris 03/06/2012 22:02


Jamais evident d'aller jusqu'au bout d'un livre quand il emballe pas son lecteur assez rapidement. Pourtant parfois cela vient plus tard et au final on ne regrette pas d'avoir lu le livre.
Visiblement tu as eu raison d'aller jusqu'au bout ! Bon ceci dit, ce soir ferme bien ta porte à double tour, un dépeceur quebequois est arrivé en France et je ne voudrai pas retrouver ma Gridou
en morceaux ! En même temps, je me dis que si le détraqué osait s'attaquer à toi il se mettrait dans de beaux draps ! ^^ bisou !

gridou 03/06/2012 22:56



dépecera bien qui dépecera le dernier !



Sharon 03/06/2012 21:43


Je ne suis pas sûre d'avoir envie de lire ce livre. Je ne supporte plus de lire des meurtres sanglants et autres tortures.

gridou 03/06/2012 21:54



moi non plus. J'en ai lu un paquet à une époque... révolue