Mordre au travers de Virginie DESPENTES (nouvelles)

Publié le 10 Février 2012

  mordre despentes             ?????   

       

  "Cet ouvrage contient des passages susceptibles de heurter la sensibilité de certains lecteurs."

 

C'est ce qui est écrit en 4ème de couv', tout petit, en bas de page, caché derrière l'étiquette du code barre. Qui l'eut cru, avec un aussi beau titre?

Comme j'aime ce titre, si évocateur, si parlant, si visuel...pourtant l'avertissement est largement justifié. Le recueil aurait aussi pu s'intituler "finir mal" voire "finir très très mal"! Pas une nouvelle qui ne se termine dans le sang : suicide, infanticide, snuff movie, matricide...

Je me considère plutôt comme une lectrice avertie, rompue aux scènes sanglantes, tortures, putréfactions et autres horreurs en tout genre, pas prude (oh que non!) mais j'avoue que ce recueil a effectivement heurté ma sensibilité...

Après la première nouvelle "je te veux pour moi", je me suis dit que j'allais m'inscrire aux lectures du mardi de Stephie, ça commençait chaud bouillant... La deuxième, "Domina", allait un peu dans le même sens (si je puis dire)...

Et puis c'est l'escalade. De plus en plus noir, de plus en plus acide, de plus en plus violent...jusqu'à l'apothéose, "à terme", dont la lecture est insoutenable. Une nouvelle d'à peine deux pages et demi qui prend aux tripes tellement fort qu'on a du mal à la lire en entier.

Et si c'était justement ça le talent? Camper un personnage en trois lignes, lui faire vivre une histoire en deux pages et conclure, comme ça, en deux lignes, laissant le lecteur sur le carreau, complètement sonné. Parce qu'il en faut du talent pour être aussi concise et aussi percutante. Pour décrire la misère sociale, humaine, les manques affectifs, les traumas avec si peu de mots...

MAIS

je ne peux pas dire que j'ai pris du plaisir à lire ces nouvelles. Je les ai d'ailleurs lues à petites doses, espacées pour ne pas trop m'imprégner de tant de noirceur, au début du moins. Ensuite, j'ai tout lu d'une traite pour en finir plus rapidement et passer à autre chose.

Même si quelques phrases m'ont interpellées et fait sourire - comme ce petit clin d'oeil à Eric Zemmour ( la phrase est dite par un psychopathe "fils à papa"):

"J'y connais rien aux jeunes ni à leur sous-culture débile..."

dans l'ensemble, j'ai été trop gênée pour considérer que j'ai vraiment aimer ce recueil.

 

La rétrospective Despentes continue mais je vais marquer une petite pause avant la relecture des "chiennes savantes" qui, si ma mémoire est bonne, est aussi un livre assez dur.

 

 

 

 

Rédigé par gridou

Publié dans #Nouvelles

Commenter cet article

Canel 19/02/2012 20:53


Ok, je finis mon pavé en cours 'Il faut qu'on parle de Kevin' (très dur, très fort, pas du tout le sirop que je craignais) et m'y mets. Je te dirai par mail où j'en suis.

gridou 20/02/2012 20:39



OK ! Je finis le mien, je me fais un petit polar vite fait bien fait (je suis en manque de polar en ce moment) et j attaque le théatre



canel 19/02/2012 14:48


Hors-sujet : Prête pour LC 'Une maison de poupée' d'Ibsen ? j'ai trouvé le livre hier à la mdtk, donc je dois le rendre avant mi-mars...

gridou 19/02/2012 20:44



Allez! Chiche !! Je l'ai à la maison, je te dis quand j'attaque et quand mon billet est prêt !



olive 19/02/2012 12:24


Ayant guidé, sans le vouloir, dernièrement une personne d'une sensibilité extrème vers un film ultra violent sans prévoir sa réaction, je vais me laisser guider par toi gridou, vers ce livre,
pour prendre la place de celui qui subit et comprendre cette sensation.


J'ai toujours préféré les nouvelles au roman ?????

gridou 19/02/2012 20:47



Laisse-toi guider Olive...On verra alors si tu es une "âme sensible" ou un "rude boy" (j'ai déjà ma petite idée...) ;)



Violette 10/02/2012 19:53


que d'honneurs! du coup, je vais voir chez Richard! ^^

gridou 10/02/2012 20:22



Plus on est de fous...


Il est trop sympa Richard, c'est un quebecquois qui nous fait découvrir des auteurs de chez lui tant qu'il le peut et défend vaillement la langue française. Depuis que j'ai fait sa connaissance
(virtuelle) je fais vachement plus attention aux vilains mots anglais qui se glissent dans la conversation l'air de rien.


Note pour plus tard: ouvrir un club de rencontres virtuelles...



Richard 10/02/2012 19:44


Et bien, moi aussi, je vais aller voir chez Violette !

gridou 10/02/2012 20:18



Qu'est ce que je réponds à ça moi ???


COOL ! Vas-y elle est sympa ;)