Portrait sépia d'Isabel ALLENDE

Publié le 26 Juillet 2011

portraitsepia         La suite !


C'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé les personnages de "fille du destin" et leur descendance au début du XXème siècle.


Toute la 1ère partie du roman reprend l'histoire des personnages de "fille du destin" (il est peut-être un peu difficile de s'y retrouver quand on ne l'a pas lu).


Aurora Del Valle, la narratrice, est la petite fille d'Eliza Sommers. Elle a été élevée une partie de sa vie par sa grand-mère paternelle (l'autre grand mère), n'a pas connu sa mère morte en couche et ne connaît pas l'identité de son père. Dans 'portrait sépia', elle revient sur son histoire familiale, son enfance et tente de dénouer le fil de ses souvenirs malgré le silence auquel elle se heurte dès qu'elle pose des questions.


Comme les autres héroïnes d'Allende, Aurora fait preuve d'une grande liberté. Elle se fiche du qu'en dira t-on et des conventions; sa "volonté d'Amazone" lui permet de se remettre sur pieds quoiqu'il arrive. Enfant, elle s'échappe systématiquement des pensionnats religieux où on l'envoi.

"Je ne supportais pas la rigueur du règlement, la monotonie des horaires et le froid de ces couvents coloniaux.

(...) L'objectif final consistait à nous donner un peu d'instruction pour que nous ne fussions pas totalement ignorantes, car le vernis culturel avait une valeur sur le marché matrimonial, mais pas suffisamment pour que nous nous posions des questions."


Plus tard, elle se consacrera à la photo bien qu'on ne la prenne pas au sérieux.


Chez Allende, les héroïnes se marient par amour.

Quand elles aiment, c'est avec passion et les plaisirs charnels sont importants ( même s'il faut aller fouiner dans les ouvrages de pornographie écrits par la grande tante, planqués dans une malle au fond de la bibliothèque pour s'instruire !).

Elles militent pour le droit de vote des femmes et ne travaillent pas que par nécessité. Elles s'y entendent en affaire et sont suffisamment futées pour contourner les obstacles.

Ceux qui ont envie de se lancer dans l'aventure Allende savent à quoi s'en tenir...


"Fille du destin" et "portrait sépia" sont 2 romans indépendants mais qu'il serait dommage de lire dans le désordre ou l'un sans l'autre. Le style est le même et les personnages similaires ( les chats ne font pas des chiens!). Portrait sépia est à mon goût un peu en-dessous mais c'est quand même une lecture très agréable !

 

Rédigé par gridou

Publié dans #romans

Commenter cet article

sophie57 07/08/2011 15:46



Isabel bien sûr!



gridou 08/08/2011 19:28



Si, claro !



sophie57 07/08/2011 15:45



Salut Gridou! cette Isabelle, depuis le temps que j'en entends du bien, faudrait peut-être que je m'y mette?



gridou 08/08/2011 19:28



Oui, tu aimerais sûrement ! Mais il y a tellement d'auteurs à découvrir, on ne peut pas être partout à la fois !



Sharon 31/07/2011 06:29



Pas besoin de préciser que j'ai beaucoup aimé également, même si c'est le premier roman d'Isabel Allende que j'ai lu.



gridou 01/08/2011 13:04



Encore merci de m'avoir indiqué qu'il y avait une suite !



Richard 27/07/2011 14:11







gridou 27/07/2011 14:14







Richard 27/07/2011 13:38



Comme ça fait quelques années, je ne me rappelle plus de ce détail .. juste que j'avais aimé, en général !!



gridou 27/07/2011 14:10



C'est ton côté féministe qui a été touché sans doute...