Printemps barbare de Hector TOBAR

Publié le 21 Octobre 2012

tobar              Mauvaise pioche...

 

Dès les premières pages, ce roman m'a rappelé la série desperate housewives, sans le côté cynique et grinçant (des premières saisons).

Devinette: Que reste-t-il donc?

Réponse: pas grand chose d'intéressant...Des histoires d'américains friqués dont les préoccupations tournent autour de l'apparence, du qu'en dira-t-on, des soucis domestiques d'une haute gravité (Oh la la! maintenant que j'ai viré le jardinier mexicain, je me rends compte que c'est difficile de tondre la pelouse ! ), ce genre de trucs...

En fait, ce roman parle des conditions de travail des mexicains en Californie, souvent employés de maison, surexploités, méprisés. Je crois. Parce que pour être honnête.... je n'ai pas atteint la 100 ème page (ni même la 60ème...).

Ça m'a suffit pour comprendre le principe:  l'alternance de point de vue entre la domestique mexicaine et la famille chez qui elle vit ainsi que le dessein de l'auteur.

 

Je suis passée très à côté de ce "roman coup de poing, porté par une plume corrosive et un humour mordant.(...)une oeuvre engagée, une radiographie lucide et féroce de nos sociétés paranoïaques (...)." (dixit la 4ème de couv')

 

Je n'ai vu ni corrosion ni humour ni férocité...ni intérêt.


 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par gridou

Publié dans #les abandons

Commenter cet article

christine 21/11/2012 20:04


pas d'accord ,un Zola contemporain ,une minutie dans la descprition des personnages ,des lieux ,des faits ..A lire absolument

gridou 21/11/2012 21:03



Je ne suis pas allée assez loin dans ma lecture pour m'en rendre compte. Mauvais timing de lecture peut-être...



Claude Le Nocher 22/10/2012 17:01


Quelquefois, on me demande pourquoi je fais des chroniques aussi détaillées. Justement, c'est pour montrer qu'il y a des péripéties et un esprit guidant ces romans dont je parle. Contrairement à
ceux qui, comme ici, n'accrochent guère. Mais bon, ce ne sont pas les lectures qui nous manquent.


Amitiés.

gridou 22/10/2012 17:07



heu...non effectivement...Je n ai eu qu'à piocher dans la pile pour trouver son successeur...


Une valeur sûre: Lansdale - un bon vieux Hap et Leonard ! Je crois que tu as un peu aiguillé mon choix avec ton hard-boiled de l'autre jour :)



Claude Le Nocher 22/10/2012 16:21


Salut Gridou


J'ai connu la même petite mésaventure il y a quelques jours. C'est très rare, car je choisis mes lectures parmi un large panel, mais c'est désagréable. Surtout quand on essaie de s'accrocher
quand même, inutilement. J'ai tenu près de quatre-vingt pages, avant de déclarer forfait. Dans ces cas-là,passons vite à un autre livre.


Amitiés.

gridou 22/10/2012 16:26



J'hésite toujours un peu à continuer, dès fois que l'intrigue démarrerait plus tard...Mais franchement, quand il ne se passe rien après 50 pages (pas de déclic, d'addiction, d'envie de lire je
veux dire...), à quoi bon persister??


 



Oncle Paul 22/10/2012 10:32


Merci Gridou de m'éviter une lecture fastidieuse


Amitiés

gridou 22/10/2012 10:36



ha ha!


J'me la suis évitée aussi :)