Touriste de Julien BLANC-GRAS

Publié le 15 Mai 2011

touriste                 Bof...

 

"Julien Blanc-Gras est journaliste de profession et voyageur par vocation" dixit la 4ème de couv. Ça résume finalement (pour une fois) assez bien le livre.

Le principe est simple: Julien, le narrateur, parcourt le monde et nous fait part de ses impressions au fil de ses escales (Angleterre, Colombie, Maroc, Inde, Chine...) dans un style très familier, ponctué d'un humour qui n'est pas le mien.

C'est curieux mais j'ai pris ce livre en aversion très vite bien que j'aie quelques affinités avec l'auteur. Tout comme lui, le tourisme de masse me fait horreur. Tout comme lui, les dérives commerciales qu'on trouve dans certains lieux mythiques me font bondir et pourtant, la mayo n'a pas pris...

Successions de clichés (réels sans doute!), enchaînement très rapide d'escales et d'anecdotes mais pas vraiment de fil conducteur ou d'histoire à suivre comme ce serait le cas dans un roman.

Certains thèmes intéressants sont tout juste survolés, comme les conditions de travail des immigrés sans papier:

"Je travaillais à l'usine pour pouvoir voyager. Ils avaient beaucoup, beaucoup voyager pour venir travailler à l'usine." Jolie formule, ça sonne bien et après ?? Et bien encore une ou deux petites anecdotes sur l'usine anglaise et on change de territoire. C'est dommage! Le principe est bien trouvé, les thèmes abordés sont intéressants mais j'ai vraiment eu l'impression que l'auteur ne s'est pas foulé. Il a opté pour la simplicité, la familiarité, comme s'il parlait à ses potes, mais n'est pas allé au bout des choses.

D'autre part, je l'ai trouvé parfois un peu irrespectueux des autochtones. C'est peut-être dû à son humour particulier...ou pas...

Je n'ai pas adhéré mais je suis sûre que c'est un bouquin qui pourrait faire son petit bonhomme de chemin (oh le vilain jeu de mots - désolée ) sans problème. Facile à lire et plein de plaisanteires 2nd degré. J'ajoute donc quelques exemples qui rendent compte du style de l'auteur et si d'autres lecteurs sont curieux et tentés...

 

Exemple, escale en Inde:

"Le sâdhus mendient, fument et portent des tuniques orange. D'un point de vue occidental, ça ressemble donc à un mélange de clodo, de rasta et de supporter hollandais."

 

dans un club de vacances à Djerba:

"L'allemanenshort désigne un gros touriste âgé de plus de 40 ans et doté d'un bedon confortable sur lequel repose un caméscope. Il a un short, c'est entendu."

 

proche-orient:

"A la fin de ce chapitre, en fonction de leurs névroses personnelles, certains lecteurs estimeront que je suis scandaleusement pro-israélien, d'autres que je suis scandaleusement pro-palestinien. Qu'ils se scandalisent et aillent se faire foutre, moi je suis pour le Barça."

 

 

Merci (quand même) à Babelio et aux édition Au diable Vauvert pour ce rendez-vous manqué...

 


Rédigé par gridou

Publié dans #les abandons

Commenter cet article

Canel 06/08/2013 21:38

Oui, impression qu'il ne s'est pas foulé, c'est sûr. Pas terrible qu'il mélange voyages persos de sa jeunesse et voyages professionnels... D'ailleurs ça tombe brutalement, sans transition (il le dit qd même après qqs lignes)...
Un humour pince-sans-rire que je ne goûte pas (le sien, car ce genre d'humour a plutôt tendance à me plaire), on ne sait pas trop dans quel registre il se situe parfois.
Oui, parfois limite dans sa façon d'évoquer les populations rencontrées... mais gare à celui qui ose râler un peu sur ces mêmes populations, c'est forcément un beauf...
T'as oublié dans tes extraits une grosse vanne sur les hippopotames, mais je ne l'ai plus en tête et c'est Mr qui a le bouquin entre les mains... à suivre, donc ! ;-)
PS : je vote pour la réhabilitation des smileys dans tes comms.

gridou 22/08/2013 14:17

ça date de plus de 2 ans cette histoire ...
Le souvenir qu'il me reste du livre: "je n'ai pas aimé le style de l'auteur"
et quand je relis les exemples, je me dis que je n'ai pas changé d'avis! C'est super lourd! Je ne me souviens pas de l histoire de l hippopo mais il est possible que j'aie arrêté ma lecture au 1er tiers du bouquin.