Les choses de Georges PEREC

Publié le 1 Octobre 2013

Les choses de Georges PEREC

Les choses

Une histoire des années soixante

a reçu le prix Renaudot en 1965

Jérôme et Sylvie forment un couple de parisiens...moyens. Moyens socialement. Moyens professionnellement. Petites vies confinées dans un appartement étriqué.

"Ils n'avaient que ce qu'ils méritaient d'avoir."

En effet, ils s'avèrent peu ambitieux, ne font rien pour améliorer leur situation. Au contraire, quand d'autres font des plans d'avenir, des plans de carrière, eux se contentent de se laisser porter par la vie. Et pourtant, leur principale obsession est d'être riche, de posséder de belles choses, matérielles.

"Ils pouvaient, tout comme les autres, arriver; mais ils ne voulaient qu'être arrivés."

 

Comme le sous-titre du livre (une histoire des années soixante) nous l'indique, Perec nous relate ici une tranche de vie, une époque. La forme d'écriture n'est pas celle du roman. Peu d'action, beaucoup de descriptions, d'énumérations et aucun dialogue.

On s'attache peu à ce couple qu'on ne connaîtra pas vraiment d'ailleurs. On sait leurs prénoms, leur profession, leurs désirs matériels et c'est tout. Rien sur leurs sentiments, leur vie de couple. Rien de privé. Ils ne sont qu'un exemple de gens moyens de l'époque.

 

Sans doute à cause de l'écriture, du rythme un peu hypnotique des descriptions, qui reviennent de façon répétitives, j'ai eu beaucoup de mal à me concentrer sur cette lecture. J'ai lu et relu plusieurs fois les mêmes paragraphes sans rien en retenir...Il m'a fallu une semaine pour venir à bout de ce récit, qui pourtant n'excède pas 150 pages.

Quelques phrases ça et là, m'ont frappée et sortie de ma torpeur. Comme celle-là:

"Ils étaient enfoncés jusqu'au cou dans un gâteau dont ils n'auraient jamais que les miettes."

Mais dans l'ensemble je suis vraiment passée à côté...

 

 

 

Rédigé par gridou

Publié dans #romans

Commenter cet article

Violette 02/10/2013 20:38

je suis fan de Perec tout en sachant qu'il peut paraître opaque et lointain... ça me fait juste penser qu'il faudrait que je relise un de ses bouquins!

gridou 04/10/2013 11:19

Ha oui? Moi je ne suis pas sûre de retenter l'expérience... En tout cas pas de sitôt

Midola 02/10/2013 16:31

Je suis comme toi, je l'ai lu il y a pas mal d'années et je suis complètement passée à côté. Il faudrait peut-être que j'essaie à nouveau...

gridou 04/10/2013 11:17

ça me rassure un peu. Je me sens toujours un peu "bête" quand je n'accroche pas sur un auteur qui est un monument littéraire...

Claude LE NOCHER 01/10/2013 19:59

Salut Gridou
Un roman "littéraire", en effet, qui marqua son temps. Bon souvenir, image d'une stagnation et de non-dits, mais il se peut que ce soit nettement plus difficile à lire aujourd'hui. D'autant que G.Perec était un adepte de la contrainte en écriture (voir "La disparition", texte sans la lettre E).
Amitiés.

gridou 02/10/2013 15:09

Chez claude, tu es un vrai puits de culture! Je ne connais pas "la disparition" mais je ne suis pas surprise que ce soit un auteur qui aime la contrainte en écriture. On sent dans la forme de ce roman la volonté d'innover.
Non je ne pense pas qu'il soit spécialement difficile à lire, c'est moi qui n'aie pas accroché. Mais je suis contente d'avoir essayé.