Vingt-trois prostituées de Chester BROWN - BD

Publié le 24 Mars 2013

23-prostituees--single.jpg         Intéressant...

 

Dans cet album autobiographique, Chester Brown nous raconte comment il en est arrivé à devenir client de prostituées et à le rester durant des années.

Du premier rendez-vous un peu gênant à la (presque) routine sexuelle.

De ses réflexions sur la sexualité aux conversations durant lesquelles il justifie ses choix face à ses amis.

Chester Brown raconte tout ça.

Mais aussi, de façon plus pragmatique, comment se déroule un rendez-vous (la question de l'argent, des préservatifs etc..).

Chaque chapitre correspond à une prostituée.

Autant prévenir tout de suite, cet album n'a rien d'une BD érotique.

Tout en noir et blanc, cases petits formats, Brown montre des scènes de sexe certes, mais de façon très froide; des descriptions techniques en quelque sorte.

L'énumération des cas, les uns à la suite des autres, devient un peu lassante à la longue.

brown-copie-1.jpgL'intérêt de l'album n'est pas dans le dessin et les scènes de sexe (j'avoue que j'ai presque préféré lire la préface et l'appendice).

Il est dans la sincérité et la franchise avec lesquelles l'auteur se confie, s'expose aux critiques et assume.

Mais aussi dans sa réflexion concernant le couple, la morale, le sexe et les travailleuses du sexe.

Il pose des questions pertinentes: "Doit-on renoncer au sexe si on n'a pas envie d'être en couple (et qu'on n'est pas doué pour draguer)?"

"En quoi les relations tarifées sont différentes, du point de vue moral, des "coup d'un soir"?"

Il argumente pour la décriminalisation (il est contre une législation pour réglementer la prostitution)

Fort de son expérience, il a de quoi démonter (!) un à un tous les arguments dans "anti".

Non les travailleuses du sexe ne sont pas victimes des hommes, elles ne sont pas rabaissées, humiliées par leur pratique, ne subissent pas de pressions pour tout accepter de la part des clients. Elles sont libres et font leurs propres choix. (Précisons que Chester, qui vit au Canada, n'a jamais eu affaire à des femmes victimes d'esclavage sexuel - il aborde cette question dans l'appendice, en fin d'ouvrage).

 

Tous ses arguments sont très convaincants.

Personnellement, j'étais du même avis que Chester (contre la pénalisation des clients) avant la lecture de cet album.

Mais je me demande s'il arrivera à convaincre les sceptiques ...

 

Ma note: 17/20

 

 

Rédigé par gridou

Publié dans #BD- romans graphiques ...

Commenter cet article

canel 12/04/2013 21:14


Comme Oncle Paul, j'ai failli 'rebondir' (heum) sur l'appendice... 


Cela ma fait penser au génial 'Homo erectus' de Benacquista, avec un point de vue masculin ("défendable", je veux dire : pas irrespectueux) sur la prostitution féminine.

gridou 14/04/2013 18:43



Je ne l'ai pas lu mais je me souviens de ton article.



Claude LE NOCHER 28/03/2013 06:45


Bonjour Gridou


Sur ce thème, je te recommande la bédé "Le client" de Man et Zidrou : http://action-suspense.over-blog.com/article-man-et-zidrou-le-client-ed-dargaud-2013-115931458.html


Amitiés.

gridou 31/03/2013 17:04



Zidrou...j'ai déjà entendu ce nom mais je ne connais pas du tout cet auteur.


Merci pour l'info !



Oncle Paul 25/03/2013 15:28


Bonjjour Gridou


Moi aussi j'aime bien les appendices, d'ailleurs j'en ai un. Et pour parler plus prosaïquement, certes il y a l'esclavage sexuel, les Ukrainiennes, les filles de l'Est en général qui travaillent
à la chaine pour quelques oligarques. Mais il y en a aussi qui le font pour payer leurs études, lorsqu'elles n'ont pas de bourses !


Amitiés

gridou 25/03/2013 15:38



Pas de bourses certes...mais un choix libre et consenti.


Je vois bien que tu prends la chose à la légère - pour ne pas dire par-dessus la jambe!